Une carte, c’est par définition une image abstraite de tout ou partie de la surface terrestre. Une image à la fois réduite, conventionnelle et que l’on peut considérer comme géométriquement exacte. Pour qui sait en déchiffrer les codes, une carte est le premier outil d’analyse d’un territoire, accessible facilement sans recourir à des technologies complexes.

Lire une carte, c’est déjà imaginer la physionomie et le caractère d’une région. Une invitation au voyage pour les plus rêveurs… Et un guide indispensable pour les plus pragmatiques, soucieux par exemple d’effectuer des repérages, d’évaluer une distance entre deux points ou d’appréhender un dénivelé ou la nature du terrain pouvant rendre une traversée dangereuse…

Un seul pré-requis pour se lancer dans l’aventure : maîtriser quelques notions de base et rudiments du langage cartographique. Nos conseils aux débutants pour se familiariser avec une carte au format IGN et IOF.

 

Choisir une carte adaptée à ses besoins
Zone de couverture, échelle, information touristique… Le choix des caractéristiques de votre carte dépend de l’usage que vous en ferez, de votre mode de déplacement et des activités programmées.
La couverture de la carte fournit à ce stade un premier niveau d’indications : elle précise le titre, le sujet, l’échelle, la compatibilité GPS s’il y a lieu.

Selon l’échelle, les informations de la carte seront plus ou moins détaillées. Pour un tour de France en voiture, on choisira une carte nationale à l’échelle du 1 : 1 000 000. Pour la randonnée pédestre, on préférera une carte topographique au 1 : 25 000 qui indique la nature et les détails du terrain, l’ensemble des voies de communication jusqu’aux sentiers, les cours d’eau et le relief  et pour de la pratique de la course d’orientation 1 : 10000 même les rochers seront indiqués

montagne

- L'echelle de la carte -

Se familiariser avec la notion d’échelle
Échelle numérique et échelle graphique
On a vu que la carte était une image abstraite, symbolisée et surtout réduite de la réalité. L’échelle définit le rapport de réduction entre la représentation cartographique et le terrain. Une notion bien utile pour la mesure de distances !
Généralement indiquée sur la couverture et dans la légende des cartes, l’échelle numérique s’exprime sous la forme d’une fraction 1 : N ou 1/N (1 étant la distance représentée sur la carte et N la distance correspondante sur le terrain). À noter que l’échelle est d’autant plus petite que le dénominateur est grand.

À retenir
Échelle = distance carte/distance réelle = 1/N
À l’échelle 1 : N, on multiplie par N la longueur mesurée sur la carte pour obtenir la longueur réelle sur le terrain
Sur les cartes, figure également une échelle graphique, une ligne horizontale graduée qui établit visuellement un lien entre la distance sur la carte et la distance réelle. Ce type d’échelle est très simple à utiliser car il ne nécessite aucun calcul. Il suffit de mesurer sur la carte la distance recherchée au moyen d’un double-décimètre ou d’un compas puis de la reporter le long de l’échelle graphique pour en déduire la distance correspondante sur le terrain.

Échelle et niveau de précision de la carte
On le rappelle, le choix de l’échelle dépend de l’usage de la carte. On retiendra simplement que le niveau de détail est fonction de la valeur de l’échelle.

Prenons deux exemples :

sur une carte au 1 : 1 000 000, un centimètre sur la carte représente 1 million de cm (10 km) sur le terrain. Le rapport de réduction est important : on parle alors de petite échelle. La carte offre une vue d’ensemble mais un niveau de détail limité. Cette échelle correspond par exemple à celle d’une carte routière nationale (idéale pour préparer un trajet longue distance en voiture).
sur une carte au 1 : 25 000, un centimètre sur la carte représente 25 000 cm (250 m) sur le terrain. On parle à l’inverse ici de grande échelle. Cela revient à zoomer sur une portion relativement réduite du territoire et à faire apparaître davantage de détails utiles pour la marche à pied par exemple.
Quelques repères
1 : 1 000 000 → 1 cm sur la carte = 10 km
1 : 250 000 → 1 cm sur la carte = 2,5 km
1 : 100 000 → 1 cm sur la carte = 1 km
1 : 75 000 → 1 cm sur la carte = 750 m
1 : 25 000 → 1 cm sur la carte = 250 m
1 : 10 000 → 1 cm sur la carte = 100 m

- Identifier les symboles de la carte -

Carte IGN (Randonnée)

Interpréter le langage cartographique à l’aide de la légende

Une carte délivre une impressionnante quantité d’informations mais elle ne peut pas se limiter à une simple réduction des éléments présents à la surface de la Terre, au risque de devenir totalement illisible. Alors, en fonction de l’échelle de la carte, la représentation d’une même information peut être plus ou moins simplifiée à l’aide de signes conventionnels ou tout simplement disparaître. On appelle ce procédé la généralisation cartographique. C’est le moment de se reporter à la légende pour comprendre la signification des symboles et couleurs utilisés.

Attention : les éléments de la légende peuvent varier légèrement selon qu’il s’agit d’une carte papier ou d’une carte numérique.

la planimétrie relative aux constructions humaines : voies de communication, bâtiments, limites et nature de l’occupation du sol, limites administratives, etc.,
l’hydrographie relative aux eaux et aux écoulements,
l’orographie relative aux reliefs,
la toponymie relative aux noms de lieux.
Les couleurs
Par convention, un code couleurs facilite l’identification des objets cartographiés :

Le noir pour la planimétrie (à noter que les bâtiments apparaissent en marron sur la carte papier),
Le bleu pour l’hydrographie (mers, cours d’eau, zones inondables, étangs, lacs, canaux, glaciers, marais…),
Le vert pour la végétation,
Le bistre (orangé-brun) pour les reliefs,
Le rouge magenta pour les informations touristiques (offices de tourisme, musées, itinéraires de randonnée, gîtes et refuges, campings, etc.),
Le bleu foncé pour les activités nautiques, thermales et liées au ski.
Les symboles
Côté symboles, on distingue :

les éléments linéaires : autoroutes, routes et chemins, itinéraires de randonnées, voies de chemin de fer, fleuves, rivières ou encore courbes de niveau…,
les éléments surfaciques : principalement les zones de végétation comme les bois et broussailles représentés en vert ou les surfaces aquatiques comme les mers, les lacs ou étangs représentés en bleu,
les signes ponctuels conventionnels : un cercle pour une tour, une croix pour un calvaire, un cercle surmonté d’une croix pour une église ou une chapelle, une maison pour un refuge, etc.
Focus sur la végétation
En règle générale, la végétation est représentée par une symbolique surchargée d’une trame de couleur verte. Sur les cartes à grande échelle, le traitement graphique permet de distinguer feuillus, conifères, vignes, broussailles. Les broussailles (ou lande ligneuse) sont représentées par un poncif (motif) sans couleur de fond. Un trait vert épais marque les limites des forêts domaniales et des parcs naturels.


Les informations touristiques sont symbolisées en magenta et bleu-foncé sous forme de pictogrammes, textes (noms de camping et désignations) et linéaires (itinéraires de randonnées pédestre, équestre, ski de randonnée, liaisons maritimes).
Le bleu-foncé se rapporte à des informations relatives aux activités nautiques, balnéaires, thermales ou liées au ski. Les itinéraires FFRando et Club Vosgien sont quant à eux représentés par des traits continus magenta. Les autres itinéraires de randonnée comme ceux des Plans Départementaux des Itinéraires de Promenade et de Randonnée (présents sur quelques départements seulement) sont figurés par des traits magenta tiretés. Les itinéraires de randonnée du Club Vosgien ont des balisages très spécifiques que l’on retrouve également sur les cartes.

Mers, lacs et étangs
On différencie par deux tonalités de bleu les zones d’eau permanente (bleu soutenu) et les zones d’eau temporaire ou marécageuse (différents symboles sur fonds bleu atténué). En bord de mer, la laisse des plus basses mers ou zéro des hydrographes est représentée par un trait bleu. Elle sépare une zone d’eau permanente de la zone de l’estran représenté par un bleu atténué avec différents symboles selon qu’il s’agit de sable, vase, gravier etc. La zone de l’estran est parcourue par la courbe d’altitude 0 figurée en bistre comme les autres courbes de niveau.

Fleuves et rivières
Les fleuves et rivières d’une largeur suffisante sont représentés par un double trait à l’intérieur duquel est imprimé un bleu soutenu lorsqu’ils sont permanents, un symbole sable ou zone inondable lorsqu’ils sont temporaires. Les cours d’eau permanents et les canaux d’irrigation de petite largeur sont représentés par un trait continu, les cours d’eau temporaires par un trait tireté.

Châteaux d’eau
Les châteaux d’eau sont symbolisés par un cercle bleu plein. Les réservoirs visibles sont figurés selon leur forme réelle ou par un symbole ponctuel de teinte bleue. Seules les sources importantes sont représentées par un cercle bleu.


Toutes les limites administratives (état, départements, arrondissements, communes) sont marquées par des traits pointillés de couleur noire définis dans la légende. Les préfectures, sous-préfectures et communes sont indiquées par un cartouche rectangulaire placé en général à côté du nom de la commune et contenant l’abréviation correspondante : P – SP – C. Enfin, au-dessus du nom de chaque commune figure sa population en milliers d’habitants.

symbole IGN

Carte IOF (course d'orientation)

Sur une carte de course d’orientation, on retrouve quatre grandes familles d’informations fondamentales pour l’orienteur : la planimétrie, l’hydrographie, le relief et la végétation.

Planimétrie (noir)

  • éléments rapportés ou construits par l’homme : chemin, route, construction, clôture, mur, ligne électrique, banc, objet particulier,…
  • éléments rocheux : rocher, falaise, pierrier,…

Hydrographie (bleu)

  • lac, étang, marais, rivière, ruisseau, captage, source,…

Relief (bistre/marron)

  • courbes de niveau maîtresse, secondaire, colline, butte, fossé, talus, ravin, trou, dépression,…

Végétation (blanc – jaune – vert 1 – vert 2 – vert 3)

  • selon sa pénétrabilité, la forêt est représentée du blanc (forêt où l’on court aisément) au vert plus ou moins foncé (vert foncé : forêt quasi impénétrable)
  • les parties non boisées sont de couleur jaune. On distingue les cultures et les friches, dont les clairières.

Symbole IOF

- Savoir lire les courbes de niveau -

Se représenter le relief et évaluer le dénivelé
Bien qu’une carte soit plane, il est possible d’y percevoir le relief, de déterminer des altitudes et de mesurer des pentes. Sur une carte topographique, trois types de figurés décrivent les formes du terrain : les courbes de niveau, les points cotés et l’estompage.

Les courbes de niveau
Une courbe de niveau est une ligne imaginaire qui, sur une carte, relie entre eux tous les points situés à une même altitude. On parle d’ailleurs parfois d’isohypse (du grec isohupsês, de hupsos, hauteur). Faciles à repérer, elles sont représentées par un trait fin orangé-brun le plus souvent mais parfois gris dans les zones rocheuses ou bleu dans les zones de glaciers et neiges éternelles.

Pour estimer la difficulté d’un parcours, on gardera à l’esprit que plus les courbes sont rapprochées, plus la pente est forte et, qu’à l’inverse, plus elles sont espacées plus la pente est douce.

courbe 1
courbe 3
courbe 2

Voyons si vous avez compris, mettez nous en commentaire les bonnes réponses

courbe

- Orienter une carte de randonnee IGN - ET DE COURSE D'ORIENTATION

Une carte IGN est toujours orientée vers le nord. Sur votre carte, le Nord sera donc en haut de la carte lorsque vous la tenez face à vous avec le sens des écritures orienté de manière normale pour les lire.

Le nord de la carte est le nord géographique, différent du nord magnétique. C’est à dire que si vous mettez une boussole sur la carte elle indiquera un Nord très légèrement décalé par rapport à celui de la carte. Cette différence de déclinaison magnétique est indiquée sur un petit diagramme près de la légende de la carte. Pour des randonnées de distance raisonnable, et sous nos latitudes, cette différence n’a pratiquement aucun impact et ne devrait pas vous faire dévier du bon chemin.

En revanche lorsqu’on parcours de très longues distances sans aucun repère ou lorsqu’on est proche des pôles, il est nécessaire d’en tenir compte.

20210131 080328 scaled
montagne
oiseaux montagne

À vos SENS … Prêts ? … Partez!
Nous sommes curieux d’avoir aussi vos ressentis…
Alors, si vos sens ont, aussi, été titillés : n’hésitez pas à nous les partager dans la partie « commentaires » 👇

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

course d'orientation

vous aimeriez:

Apprendre à lire une carte (IOF-1:10000 ou IGN-1:25000)

A savoir utiliser une boussole ? ou tout simplement vous promener en dehors des chemins avec un orienteur professionnel ?

Contactez nous

&

programmons une session d’initiation

« courte-balade »

« longue-randonnée »

oiseaux montagne

Gardez contact !

Une seule inscription suffit pour être informé des nouveaux articles.

A vos sens … Prêts ?

oiseaux montagne

L’article vous a plu ?
Partagez le !

Suivez-nous !

oiseaux montagne

FICHES CONSEILS

DERNIERS ARTICLES

A vos sens... prets ?

En nous soutenant vous soutenez aussi l’association … nous leur reversons 50% des dons que vous ne faites 

[wpedon id=12535]